40 ans de Chasse-Marée

Un bel anniversaire pour une revue unique au monde, qui a profondément marqué le monde maritime, sa culture et son patrimoine. Quoi de mieux, pour fêter ça, que de replonger dans ses pages les plus mémorables et les plus évocatrices ?

Une célébration joyeuse et émouvante, au fil des grands moments partagés avec nos lecteurs, nos amis marins de métier et de coeur, bateliers, charpentiers et constructeurs de navires, auteurs, artistes, photographes, savants et érudits…

Une aventure humaine et culturelle marquée par des figures hautes en couleur, l’élan d’une pure passion et quelques coups de gueule salutaires.

 

Le résultat ? Un petit pavé carré (15,5 cm de côté), et bien costaud (288 pages), tout en couleurs…
Anthologie et réflexions sur les évolutions qui ont marqué la revue, mais aussi sur le monde maritime auquel elle a imprimé sa marque au cours des décennies passées.
On garde le grain, les textures des documents présentés, en s’autorisant des coups de projecteurs sur les temps forts qui ont fait vibrer la tribu des lecteurs :

  • • des articles mémorables
  • • fêtes maritimes, dont l’équipe du Chasse-Marée a été la première organisatrice en France
  • • restaurations et reconstructions de voiliers traditionnels, initiées dans les années 1990
  • • auteurs et artistes remarquables comme Yvon Le Corre, Michel Thersiquel, Henry Kérisit, Jean-Pierre Abraham, Hervé Hamon…)
  • • des bateaux « stars » comme L’Hermione, Pen Duick, les yoles, les chaloupes sardinières…
  • • des compagnons comme les charpentiers des chantiers Jézéquel, du Guip… les musées de Roskilde, d’Enkhuizen, de Douarnenez bien sûr
  • • des thématiques qui courent à travers cette histoire comme la recherche d’une plaisance alternative, « naviguer autrement », voile-aviron
  • • des étapes dans la vie de la revue (changements de maquette, apparition de la couleur, de prix, pubs rigolotes, petites annonces, évolution des rubriques, et bien sûr les hauts et les bas de l’entreprise, qui a connu de grandes difficultés avant ses rachats successifs)
  • • les revues «sœurs» (ArMen, Maritime life & traditions) et les grands moments éditoriaux (Ar Vag, Phares, Pilotes…) ou musicaux (disques de collectage ou productions style Cabestan et autres Stan Hugill)
  • • des utopies ou des projets fous qui ont « foiré » avec plus ou moins de panache, quelques-uns qui ont réussi (un musée dans chaque port, un clipper à Douarnenez, une frégate à Rochefort…)

Et quelques petits secrets qu’on ne va pas spoiler maintenant !

 

Le saviez-vous ?

• En 40 ans, Le Chasse-Marée a publié 327 numéros, soit plus de 3000 pages, ce qui fait plus de 70 kilogrammes de papier ! (Les lecteurs, souvent très fidèles,
les collectionnent précieusement, souvent dans des reliures spéciales !)
• La revue, fondée sous forme de coopérative ouvrière de production, appartient aujourd’hui au groupe Ouest France. Elle est basée à Douarnenez, dans le Finistère, depuis sa fondation.
• Bernard Cadoret, qui la dirigea pendant plus de vingt-cinq ans, avait auparavant été le rédacteur en chef d’un fanzine tapé à la machine par des fondus d’archéologie navale à Grenoble, loin de toute eau salée…
• Le premier éditorial du Chasse-Marée le définit comme une revue d’actualité autant que d’histoire (c’est toujours vrai aujourd’hui…)
• Depuis 2020, la revue publie des reportages en bande dessinée.
• Dans ce livre vous comprendrez pourquoi Le Chasse-Marée n’utilise jamais, au grand jamais, le terme honni de « vieux gréements » !

 

Un livre souple de 288 pages entièrement illustrées au format 15 x 15 cm en vente sur notre boutique. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée

N°327 Réservé aux abonnés

Nous, boat people

Par Laurent Charpentier - À partir de 1975, des centaines de milliers de vietnamiens tentent d’échapper à la dictature, à... Lire la suite