Par Marc Riboud - "Photographier, c’est savourer la vie, explique Marc Riboud, et elle serait si triste si nous ne rêvions pas de la changer." Au début des années soixante, le photographe s’intéresse à la décolonisation des pays d’Afrique noire. Il se rend d’abord au Ghana, indépendant depuis le 6 mars 1957, et y découvre le port d’Accra. Là, il observe l’étonnant ballet des dockers qui font la navette entre la terre et les cargos mouillés en baie pour en ramener à terre toutes sortes de cargaisons… Né en 1923 à Lyon, Marc Riboud s’est fait connaître grâce à deux clichés : celui d’un peintre de la tour Eiffelpublié en 1953 dans Life et celui d’une jeune militante pacifiste, fleur à la main, manifestant en 1967 contre la guerre du Viêt Nam devant des soldats du Pentagone. Il a présidé l’agence Magnum où il était entré à l’invitation de Robert Capa, a publié de nombreux ouvrages et exposé dans le monde entier.