Les articles de la revue

A partir du XVI. siècle, lorsque les grandes puissances maritimes européennes portent leur attention vers le Nouveau Monde et l'Inde, elles ne fréquentent le continent africain que pour y prélever la main-d'oeuvre nécessaire au développement des pays d'outre.Adantique. Il faut attendre le milieu du XIX' siècle, et les débuts de la création de l'empire colonial français, pour que des armateurs envoient régulièrement leurs navires à destination de la côte occidentale d'Afrique. C'est à cette époque, au lendemain de la guerre de 1870, que la Compagnie des Chargeurs réunis est créée. Son siège se trouve à Paris, et son objectif initial est l'acheminement des marchandises vers le Brésil, mais avec l'intention de développer le commerce maritime partout où il s'avérerait nécessaire et lucratif. Six vapeurs sont ainsi commandés, en janvier 1872, aux Forges et chantiers de la Méditerranée. Le pavillon blanc portant les cinq étoiles rouges symbolisant les cinq continents flotte bientôt sur l'Atlantique Sud. Ce n'est qu'en 1859 que les Chargeurs réunis créent une ligne régulière à destination de la côte occidentale d'Afrique (C.G.A.), après avoir obtenu du gouvernement le transport de la poste à partir du Havre. Chaque mois, un paquebot dessert les ports de Bordeaux, Lisbonne, Dakar, Conakry, Cap Palmas, Grand Bassam, Cotonou, Benito, Libreville et Loango. La ligne sera prolongée jusqu'à Matadi au Congo (Zaïre) en 1893. Et, à partir de 1906, un paquebot et un cargo quittent, chaque mois, la métropole à destination des colonies africaines.
N°32 Réservé aux abonnés

Le pénichien : marinier du Nord de 1850 à 1950

Par Bernard Le Sueur - Entre les rives des canaux du Nord, l'étroit domaine des pénichiens n'appartient qu'à eux seuls.... Lire la suite