Forums Forums Les bateaux Pinasse de type landais construit pour le sauvetage en mer

1 réponse, 1 voice Last updated by  rédaction il y a 2 ans et 4 mois
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #223

    rédaction
    Admin bbPress
    @yveline

    J’ai entendu dire que dans les années vingt, un modèle de bateau dit « pinasse de type landais » était construit à Socoa pour le sauvetage en mer. Des lecteurs peuvent-ils me confirmer cette information et me dire si ces bateaux étaient du même type que les pinasses de côte auxquelles Le Chasse-Marée vient de consacrer un article ?

    Extrait du Chasse-Marée n°286

     

    #227

    rédaction
    Admin bbPress
    @yveline

    Réponse extraite du Chasse-Marée n°287

    La première pinasse de sauvetage fut construite en 1908 à Socoa par le chantier Letamendia pour la station de Biarritz. D’une longueur de 10 m et rendue insubmersible par dix-huit caisses à air, l’Yvonne sera transférée à Palavas suite à la fermeture de la station biarrote, puis finira ses jours à Beauduc, en 1926. Après la Première Guerre mondiale, les Entreprises maritimes basques, qui ont pris la suite du chantier Letamendia, reprennent le concept de « canot de sauvetage de type pinasse landaise, modèle renforcé » et pro posent une embarcation in submersible de 9,50 m dotée de dix puits d’évacuation et armant dix avirons. D’après un plan des EMB daté de 1923, la morphologie générale de l’embarcation se rapproche grandement des pinasses primitives à fond plat qu’armaient au début du XXe siècle les ports de Biarritz, Boucau et Capbreton pour la pêche de côte à la senne. Légères et de faible tirant d’eau, elles étaient naturellement adaptées aux conditions particulières du fond du golfe de Gascogne. Localement, ces pinasses de sauvetage furent armées par la station de Boucau, dite « de la barre de l’Adour », en 1921 avec un renouvellement en 1928, de même que par la station de Capbreton en 1922 en remplacement de canots plus lourds, peu satisfaisants. Cette pinasse de Capbreton, le Colonel Bruzzard, sera désarmée en 1949 pour être confiée aux scouts marins de Biarritz. On en retrouve également dans quelques stations méditerranéennes (Palavas et La Nouvelle en 1921, Cros-de-Cagne et Valras en 1923) où elles prennent l’appellation locale de « nacelles » – concurrentes des « marinières » à fond plat proposées par les chantiers locaux dès la fin du XIXe –, ainsi qu’à Équihen, de 1923 à 1938, afin de remplacer encore un canot jugé trop lourd. Le dernier canot de sauvetage français propulsé uniquement à l’aviron fut le Paul Tourreil qui équipa à partir de 1938 la station de Palavas et fut désarmé en 1962.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 ans et 4 mois par  rédaction.
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.