Frais de port offerts dès 89 euros avec Mondial Relay

Commandant de sous-marins

107644

Du Terrible au Triomphant, la vie secrète des sous-marins

de l'amiral François Dupont

En savoir plus

Sous-marinier pendant plus de vingt ans, l'amiral François Dupont nous emmène à bord du navire qu'on lui a confié, immergé avec les hommes dont il a la responsabilité, pour le temps d'une traversée. Il partage avec nous la beauté de ce métier où s'incarnent à chaque instant le sens de l'engagement et la notion du devoir.

300 mètres carrés, 111 hommes, 70 jours sous la mer : bienvenue à bord d'un SNLE, c'est-à-dire d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins, fer de lance de notre force de dissuasion nucléaire. Monstres d'acier, cathédrales de silence, les sous-marins rôdent sous les flots, veillant à notre insu sur notre sécurité. Pourtant bien des choses se passent au fond des mers et la vie à bord est tout sauf ennuyeuse. Elle obéit à des règles, une discipline stricte et sereine, des rituels, des loyautés et des amitiés qui ont le goût de l'aventure et sans lesquelles peut-être risquer leur vie aurait moins de sens pour ces hommes.

Ceux qui ont apprécié le film Le Chant du loup découvriront le quotidien de ces marins un peu particulier dans toute sa simplicité et toute sa vérité. Écrit par un officier de renom qui, du Terrible au Triomphant, a servi sur de très nombreux sous-marins, cet ouvrage clair et précis est agrémenté d'encadrés très instructifs qui complètent un récit passionnant.

 Un livre de poche de 256 pages.

PRIX ÉRIC TABARLY DU MEILLEUR LIVRE DE MER 2020

Prologue

« Il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts, et ceux qui vont sur la mer », aurait écrit Aristote, à moins que ce ne soit Platon.

J’ai passé vingt-cinq années de ma vie en mer – la plupart sous, ou plutôt dans la mer. Si les marins d’antan ne sont, à en croire le philosophe, ni tout à fait des vivants ni vraiment des morts, où aurait-il rangé les sous-mariniers ? Avec les morts, nous avons en partage le silence, la profondeur et les ténèbres. Avec les vivants, nos femmes, nos enfants, nos maisons.

Longtemps, j’ai peu parlé à ceux d’en haut de ma vie dans les sous-marins. Aussi bien n’ai-je pas fait la guerre : contrairement à Ulysse ou aux grands capitaines d’autrefois, je n’avais nul fait d’armes, nul corps-à-corps à raconter, nulle tempête, nulle escale fabuleuse à évoquer. Sous la mer, il n’y a pas de « soudain », de « et puis », de « et c’est alors que… ». L’aventure s’y déguste pure. Comment trouver les mots ?

Voilà maintenant vingt-cinq ans que j’ai remis mes pas dans le monde des vivants. Et le temps est venu pour moi de raconter. Pour rendre hommage, bien sûr, à mes frères sous la mer, qui, dans les mêmes eaux que moi, dans le même bateau ou l’un de ses jumeaux, poursuivent la mission avec un égal engagement. Mais ce n’est pas l’unique raison. Car à côtoyer le monde d’en haut qui est désormais devenu le mien, m’est apparu qu’Aristote se trompait – à moins que ce ne soit Platon. Mes années sous la mer ne sont pas d’une pâte étrangère à celle du temps des vivants. Mon cylindre d’acier, loin de me couper de l’humanité ordinaire, m’a livré bien des clés pour mieux m’y intégrer. Vingt-cinq années durant, j’ai certes connu le risque, l’enfermement, l’éloignement du monde et la promiscuité. Mais j’ai surtout partagé chaque minute de ma vie avec des hommes que j’ai appris à commander au service d’une mission plus grande que nous. J’ai reçu de la mer un enseignement qui vaut pour tous, et je tiens aujourd’hui à en témoigner.

Voici donc le récit d’une dernière mission de commandant, à 300 mètres sous la mer, jour après jour, le temps d’une patrouille.

Bienvenue à l’île Longue, d’où le SNLE Le Triomphant s’apprête à appareiller…

Commandant de sous-marins

7,40 €

2 Produits

Attention : dernières pièces disponibles !



Besoin d'aide ? Contactez-nous au 02 98 92 66 33