Alain Le Sann – “Ne laissons pas privatiser les océans ”

Revue N°300

Pêche industrielle, ONG pêche, lobby pêche
L’interdiction du filet maillant dérivant à thon, en 2002, 
a profondément marqué les pêcheurs européens : pour la première fois, 
un engin de pêche était proscrit 
sous la pression des organisations écologistes, qui l'accusaient 
de capturer des dauphins. 
Elles s’affirmaient ainsi comme 
des partenaires incontournables 
dans la gestion des océans. © Lionel Flageul
propos recueillis par Philippe Urvois - Comment un écologiste, un humaniste convaincu peut-il remettre en cause les organisations non gouvernementales censées lutter pour la protection des océans ? En démontrant que nombre d’entre elles, financées par des fondations liées à des multinationales, dotées de puissants moyens et de plans médias en béton, agissent pour privatiser les mers et leurs ressources. Alain Le Sann, créateur du festival Pêcheurs du monde et président du collectif Pêche et Développement, estime quant à lui que les océans sont un bien commun : leur gestion doit rester publique, pour un partage équitable. Un discours détonnant, qui peut surprendre certains militants… L’article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d’une iconographie enrichie.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée