Quel avenir pour le lycée Jean-Moulin ?

© Pascal Barbotte

Fermera, fermera pas ? Le 15 novembre 2017, Loïg Chesnais-Girard, président du conseil régional de Bretagne, a annoncé au personnel qu’il voulait fermer le lycée Jean-Moulin, à Plouhinec (Finistère) pour la rentrée 2018. Cette décision a été confirmée par un vote des élus régionaux, le 14 décembre. Ce lycée propose des formations aux métiers du bois, en formation initiale ou continue, en alternance, comme le certificat de qualification professionnelle menuisier d’agencement nautique. Certaines n’ont pas d’équivalent dans l’académie, comme le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de charpente marine en formation initiale.

La région a justifié sa décision par la baisse des effectifs – soixante-cinq « apprenants » – et par la diminution de la population dans le cap Sizun. La charpente marine serait transférée au lycée Pierre-Guéguin à Concarneau, les autres élèves à Pleyben.

En janvier 2017, l’Inspection académique avait pourtant assuré que la fermeture n’était pas à l’ordre du jour. Les enseignants avaient déjà alerté le recteur d’académie sur la situation et évoqué la possibilité d’ouvrir d’autres formations, notamment après la fermeture en 2013 du CAP réparation navale dans l’établissement.

L’annonce de la fin du lycée a donc été mal vécue, d’autant que Jean-Moulin est l’unique établissement de ce type dans le secteur et qu’il participait activement à la dynamique de la culture maritime sur le territoire. Le personnel s’est mobilisé : manifestations, création d’un comité d’action, grève avec l’appui des syndicats FO, FSU et Sud. Appuyé par les élus territoriaux, le personnel du lycée demande un moratoire afin d’organiser un nouveau projet pour l’établissement. Des propositions ont été faites, prévoyant notamment la création d’un Brevet professionnel en charpente marine. La demande d’une table ronde est restée jusqu’ici sans réponse, même si, début février, Loïg Chesnais-Girard s’est dit prêt à examiner les propositions du personnel.

Le 20 février, le Comité académique de l’Éducation nationale s’est opposé à la fermeture du lycée. Un signe positif ? Cet avis reste consultatif et la Région a lancé, parallèlement, un appel d’offres pour la construction d’un atelier pédagogique de charpente marine au lycée Pierre-Guéguin. « C’est au bas mot 1 million d’euros alors que le coût annuel de fonctionnement du lycée Jean-Moulin est de 110 000 euros, souligne Pascal Barbotte, professeur de charpente marine dans cet établissement. Ce transfert est-il justifié ? » •

Les derniers articles

Chasse-Marée