Les bateaux-bœufs de Sète

Le honoré-Joséphine (403), patron Joseph Stento, le Jeanne-d'Arc (556), patron Antoine Nocca, et le Saint-Etienne (352), patron Cosimo Catanzano, tirent un bord contre le labech, entre la Tourette et le môle Saint-Louis. La plupart des bateaux ont gardé le trinquet, sauf le Saint-Étienne qui a hissé le gran defés.
Réservé aux abonnés

Par Bernard VigneIntroduite par les pêcheurs catalans au XVIIIe siècle, la pêche au bœuf va faire bien des émules sur la côte languedocienne, en dépit des protestations qu'elle suscitera. Cette technique, consistant à traîner à deux bateaux un chalut sans perche appelé gangui, va donner naissance à un type de voiliers spécialement conçus pour elle: les bateaux-bœufs, issus des tartanes de pêche provençales. Grâce aux témoignages recueillis auprès d'anciens marins sétois, Bernard Vigne nous présente la construction, la navigation et la technique de pêche à bord de ces superbes voiliers de travail latins, qui étaient particulièrement nombreux dans le port de Sète au début du siècle. 

L'article publié dans la revue Le Chasse-Marée bénéficie d'une iconographie enrichie et d'encadrés supplémentaires.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous êtes abonné(e) ?Connectez vous pour lire nos articles et accéder à vos avantages. Se connecter

Vous n'êtes pas abonné(e) ?Créez un compte pour vous abonnez à nos revues et lire nos articles S'inscrire

Les derniers articles

Chasse-Marée