Le navire de Cook retrouvé ?

© Endeavour-Museum-diver-in-Newport-Harbor-

LEndeavour ou pas l’Endeavour ? Là est la question qui divise les archéologues, depuis qu’une équipe australienne a annoncé avoir retrouvé l’épave du navire de l’explorateur britannique James Cook, « découvreur » de l’Australie. Pas si vite, s’exclament leurs collègues américains, dénonçant l’absence de preuves formelles des restes du navire trouvé au fond du port de New-port, dans l’État de Rhode Island, aux États-Unis. L’Endeavour y fut sabordé par les Anglais pour empêcher les Français de pénétrer dans le port lors de la guerre d’indépendance américaine. L’archéologue Kathy Abbass, directrice du Projet d’archéologie navale de Rhode Island, accuse les Australiens d’avoir « rompu un contrat » en ayant annoncé « prématurément » leur découverte, ajoutant que l’étude se poursuit et que ses résultats seront « motivés par la science et non par les émotions ou la politique australiennes ».

 

Lire aussi

Endeavour, le navire du capitaine Cook, article publié dans le Chasse-Marée n°154 en août 2022. 

Par Jenny Bennett – Au début de l’année 1768, alors que la Royal Navy vient d’acheter l‘Earl of Pembroke à Thomas Millner moyennant 2 800 livres sterling, les inspecteurs de l’amirauté britannique décrivent le navire comme un “collier-cat” gréé en trois-mâts barque, doté “d’un arrière à tableau carré et de formes pleines […] augurant d’un bon comportement sous voiles, et convenant à l’embarquement d’une importante cargaison de provisions et fournitures”. Long de 33,22 mètres au pont pour une largeur de 8,91 mètres, ce charbonnier n’est guère imposant avec ses 370 tonnes et son tirant d’eau en charge de 4,27 mètres. Pourtant, c’est lui que l’Amirauté a retenu pour transporter le fameux Charles Green jusqu’à Tahiti. Là, sur cette île qui vient tout juste d’être découverte, l’astronome de la Société royale doit observer le passage de Vénus devant le Soleil. A côté de cet aspect du voyage tout à fait officiel, existe toutefois une autre mission bien plus confidentielle : mettre le cap au Sud-Ouest à la recherche de la “Grande Terre du Sud”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les derniers articles

Chasse-Marée