Catégories

Pour donner des idées à vos proches ou tout simplement vous simplifier la vie, créez vos listes de sélection


Comment ça marche ?

Pour ouvrir une liste, vous devez posséder un compte. Si vous êtes déjà client au Chasse-Marée, il vous suffit de vous connecter avec vos identifiants habituels et d’aller dans la rubrique « Ma Sélection » de votre compte. Si vous ne possédez pas encore de compte, la création ne vous prendra que quelques instants.

Je gère mes listes de sélection

Vous pouvez créer autant de listes que vous le souhaitez. Donner un nom à votre nouvelle liste puis enregistrez. Lorsque vous ajoutez un produit à votre sélection depuis la fiche produit, vous pouvez l’attribuer à une de vos listes présentes dans le menu déroulant à gauche.

Je diffuse mes listes de sélection

A la création de votre liste, vous recevez un email du Chasse-Marée contenant un lien menant à votre sélection. Vous souhaitez partager cette liste avec vos proches ? Envoyez leur ce lien et ils pourront consulter votre sélection en un seul clic !

> Newsletter

> 1ère visite ?

Numéros 151 à 200

Chasse-Marée N° 159
loupe

Chasse-Marée N° 159

L'Armement Pleven, des Malouins à Terre-Neuve
Le chantier Jouët de Sartrouville
Le Leudo, caboteur de Ligurie
La Biche de Sion, canot Vendéen
Ten Years after, Réplique de Sandbagger

En savoir plus


020159

Prix
5,00 €

Stock Infos
Available


ombre

Ajouter à ma sélection Infos

Envoyer à un ami

 

  • L'Armement Pleven, des Malouins à Terre-Neuve
    L’irrésistible ascension de Victor Pleven, ancien mousse terre-neuvas devenu l’un des armateurs morutiers les plus entreprenants de sa corporation : raconter l’histoire de cet armement né en 1930, c’est passer en revue tous les événements décisifs qui ont marqué la grande pêche française durant la seconde moitié du XX° siècle, jusqu’à son extinction.
  • Le chantier Jouët de Sartrouville
    Fondé sur les bords de la Seine en 1872, ce chantier se développe dans l’entre-deux-guerres sous l’impulsion de Paul Jouët, un polytechnicien. Charpentiers et architectes de talent, comme Eugène Cornu, produisent quantité de bateaux de servitude, canots de sauvetage, vedettes et voiliers de toute sorte, depuis le cotre Alain Gerbault jusqu’au fameux Bélouga. Ces orfèvres du bois n’en seront pas moins balayés par la vague du polyester, malgré une méritoire tentative de reconversion.
  • Le Leudo, caboteur de Ligurie
    Ces voiliers de charge ont sillonné le golfe de Gênes et la mer Tyrrhénienne jusqu’aux années soixante. Conçus pour être halés sur les plages, à l’aide de palans ou de cabestans, ils étaient les seuls à pouvoir commercer avec les villages sans port de la côte ligure et des îles (Corse, Sardaigne, Elbe), demeurés à l’écart des réseaux routier ou ferroviaire. Il en reste aujourd’hui six unités, qui peu à peu regréent leur voile latine d’antan.
  • La Biche de Sion, canot vendéen
    Emblème d’une petite anse proche de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, ce canot méconnu, gréant misaine, hunier et tapecul à livarde, ne s’éloignait guère à plus d’un mille de sa base pour draguer la crevette au chalut à perche. La biche avait totalement disparu, jusqu’au jour où l’association La Livarde en a reconstruit une d’après un plan tracé en 1923 par Benjamin Bénéteau, le fondateur du célèbre chantier vendéen.
  • Ten Years after, Réplique de Sandbagger
    À lire le récit de cet essai musclé, on a peine à imaginer que ce “plat à barbe” surtoilé était à l’origine un dragueur d’huîtres de la côte Est américaine. Ten Years After est pourtant bien la réplique du sandbagger Tam O’Shanter conservé au musée du Bateau, à Douarnenez. Lancé en 1991 par les Ateliers de l’Enfer, il a été acquis “dix ans après” sa construction par l’association morbihannaise Maïta, qui ajoute ainsi à son élégant un-tonneau un dériveur plutôt extrême.

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des avis.