Catégories

Pour donner des idées à vos proches ou tout simplement vous simplifier la vie, créez vos listes de sélection


Comment ça marche ?

Pour ouvrir une liste, vous devez posséder un compte. Si vous êtes déjà client au Chasse-Marée, il vous suffit de vous connecter avec vos identifiants habituels et d’aller dans la rubrique « Ma Sélection » de votre compte. Si vous ne possédez pas encore de compte, la création ne vous prendra que quelques instants.

Je gère mes listes de sélection

Vous pouvez créer autant de listes que vous le souhaitez. Donner un nom à votre nouvelle liste puis enregistrez. Lorsque vous ajoutez un produit à votre sélection depuis la fiche produit, vous pouvez l’attribuer à une de vos listes présentes dans le menu déroulant à gauche.

Je diffuse mes listes de sélection

A la création de votre liste, vous recevez un email du Chasse-Marée contenant un lien menant à votre sélection. Vous souhaitez partager cette liste avec vos proches ? Envoyez leur ce lien et ils pourront consulter votre sélection en un seul clic !

> Newsletter

> 1ère visite ?

Numéros 101 à150

Chasse-Marée N° 146
loupe

Chasse-Marée N° 146

A bord des navires météorologiques français
La marine d'Arles : une histoire deux fois millénaire
Les retrouvailles de deux sloups camarétois en rivière d'Etel
Les cinq générations du chantier Durand à Marans

En savoir plus


020146

Prix
5,00 €

Stock Infos
Available


ombre

Ajouter à ma sélection Infos

Envoyer à un ami

 

  • A bord des navires météorologiques français
    Initiée au XIX° siècle par l’Américain Maury, le “père” des Pilot Charts, la météorologie maritime a pris son essor à partir de 1920. Après la Seconde Guerre mondiale, une flotte de navires  stationnaires est mise en place en Atlantique Nord. Ainsi, la France armera-t-elle plusieurs frégates, dont France I et France II. Devenues obsolètes avec le développement des observations par satellite, ces deux unités ont été désarmées en 1985. La première est aujourd’hui au musée maritime de La Rochelle.
  • La marine d'Arles : une histoire deux fois millénaire
    Dès l’époque romaine, les bouches du Rhône ont été fréquentées par des navires marchands adaptés au cours tumultueux et changeant des bras du fleuve. Grand port du delta, Arles a bâti sa prospérité sur un trafic à la fois fluvial et maritime, en particulier grâce à une importante flottille d’allèges. Ces grands bateaux de charge à fond plat, gréés à voile latine, généralement armés au cabotage, perdureront jusqu’au milieu du XIX° siècle, avant d’être détrônés par l’avènement de la vapeur et du chemin de fer.
  • Les retrouvailles de deux sloups camarétois en rivière d'Etel
    Après plus de vingt ans d’armement aux casiers et à la ligne, deux petits sloups camarétois, propriété des frères Le Guil, patrons de pêche du golfe du Morbihan, ont poursuivi leurs carrières respectives à la plaisance avec des fortunes diverses. Le destin a voulu qu’ils se retrouvent désormais entre les mains de deux amis, qui ont su les préserver des affres du temps, en conservant l’essentiel de leur authenticité.
  • Les cinq générations du chantier Durand à Marans
    Installée à Marans, en Charente-Maritime, depuis cinq générations, la dynastie des charpentiers de marine Durand a produit une importante flotte de bateaux pour le marais Poitevin, la baie de l’Aiguillon ou l’Océan tout proche. La connaissance du métier, transmise de père en fils, et le souci de s’adapter régulièrement aux besoins d’une époque ont fait la réputation de ce chantier traditionnel, où le crayon du concepteur a souvent eu autant d’importance que l’herminette et le maillet à calfater.
  • Morbic III : des Bretons furieux à l'assaut du Rorc
    En 1970, Hervé Eliès et ses trois fils faisaient construire au chantier Pichavant une petite bombe en bois moulé extrapolée du Brise de Mer de Jean-Marie Finot. L’année suivante, Morbic III remportait, dans sa classe, le prestigieux championnat du RORC (Royal Ocean Racing Club), jusque-là dominé par les Anglo-Saxons. En relatant avec verve cette incursion tonitruante de Bretons chevelus au royaume des blazers, Hervé Eliès (fils) fait revivre cette époque révolue où de vrais amateurs pouvaient gagner le Fastnet !

Paru le 1er octobre 2001

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des avis.