Catégories

> Newsletter

> 1ère visite ?

Numéros 101 à150

Chasse-Marée N° 144
loupe

Chasse-Marée N° 144

La pêche au requin pélerin en Irlande
La Belle : bilan d'une fouille archéologique et reconstitution
Le Toumelin, inspirateur d'une croisière picturale de Concarneau à St-Malo
Yalc'hik, ou la métamorphose d'un...

En savoir plus


020144

Prix
5,00 €

Stock Infos
Available


ombre

Envoyer à un ami

  • La pêche au requin pélerin en Irlande
    Chaque printemps, ce mystérieux squale remontait des abysses pour venir près des côtes déguster sa ration de plancton. Monstre pacifique, il aurait sans doute coulé des jours heureux, si son foie géant n’avait fabriqué une huile d’excellente qualité. Les îliens de la côte Ouest irlandaise, ceux d’Achill en particulier, l’ont chassé pendant des siècles. Ce métier saisonnier s’est éteint à la fin des années 1920, pour renaître après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, le requin pèlerin a quasiment disparu.
  • L'épave de la Belle
    L'expédition menée en 1684 par le Français Robert Cavelier de La Salle afin de fonder une colonie en Louisiane a tourné au drame. Une partie de la flottille s'est perdue dans le golfe du Mexique, et notamment la barque longue la Belle, dont l'épave a été retrouvée en 1995 (CM112). Depuis, le site a fait l'objet d'une fouille systématique.
  • La reconstitutionde la Belle
    A partir de l'étude réalisée par les archéologues américains et de ses propres recherches en archives, Jean Boudriot a pu reconstituer la barque logue armée par Cavelier de La Salle. Ce travail d'investigation et les modèles qu'il a suscités permettent d'appréhender les formes, la construction, le gréement et l'armement de ce type de navire jusqu'alors mal connu.
  • Le Toumelin, inspirateur d'une croisière picturale de Concarneau à St-Malo
    Inspiré par les récits de Le Toumelin, Jean-Louis Karcher a entamé un tour du monde pictural sur un immense rouleau de toile. Les 50 premiers mètres, figurant les côtes de Bretagne, sont exposés au Musée des Phares et Balises d'Ouessant.
  • Yalc'hik, ou la métamorphose d'un sloup Cornu
    Tombé sous le charme de ce plan Cornu, Tristan de Kerros n’avait que seize ans lorsqu’il récupéra ce dériveur lesté de sept mètres, qui était coulé dans l’Odet. Avec son père, il lui faudra un an et demi pour lui redonner vie. Depuis, chaque été, Yalc’hik navigue au départ de Sainte-Marine, en balade à la journée, ou en croisière. Une invitation à bord pour une virée aux Glénan ne pouvait se refuser.

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des avis.