Catégories

> Newsletter

> 1ère visite ?

Numéros 101 à150

Chasse-Marée N° 140
loupe

Chasse-Marée N° 140

Les dockers de Nantes
Les yachts de Jules Verne
La fin d'un trois-mâts nantais sur la côte d'Irlande
Victor-Dominique Batard, artiste cap-hornier
L'Etoile et la Belle Poule en pêche à Islande
Insula...

En savoir plus


020140

Prix
5,00 €

Stock Infos
Available


ombre

Envoyer à un ami

 

  • Les dockers de Nantes
    A Nantes comme ailleurs, les dockers ont dû renoncer au statut que leurs prédécesseurs avaient obtenu de haute lutte. Ces “avantages acquis” sacrifiés sur l’autel de la raison économique, ils défendent néanmoins la fierté de leur profession et la pérennité de leur outil de travail, un port mal aimé que la cité ligérienne semble aujourd’hui vouloir se réapproprier.
  • Les yachts de Jules Verne
    Contraint de succéder à son avoué de père, Jules Verne ne sera pas, comme son frère cadet, le capitaine qu’il rêvait d’être en arpentant le quai de la Fosse. Mais le succès de ses romans lui permettra d’acquérir des yachts de plus en plus importants : un canot à bourcet-malet, un cotre à corne, puis un grand steam-yacht à bord duquel il parcourra le monde.
  • La fin d'un trois-mâts nantais sur la côte d'Irlande
    Le trois-mâts nantais Léon XIII, lancé par le chantier Dubigeon en 1902, est l’un des derniers cap-horniers nantais. Mais sa carrière sera de courte durée puisque cinq ans plus tard, alors qu’il se rend à Limerick débarquer son chargement de blé américain, une tempête le jette sur la côte Ouest irlandaise, où les pêcheurs de Quilty se portent courageusement au secours de son équipage.
  • Victor-Dominique Batard, artiste cap-hornier
    Né à Chantenay en 1897, cet enfant du pavé échappe à la maison de correction en s’embarquant sur un navire cap-hornier. Douze ans plus tard, il jette l’ancre à Montmartre, où il exerce ses talents de peintre et de modéliste. Libertaire dans l’âme, le bohème parisien reste pourtant hanté par la mer, et tourmenté par la vache enragée.
  • L'Etoile et la Belle Poule en pêche à Islande
    Au printemps dernier, les deux goélettes de la Marine nationale se sont rendues à Reykjavik pour prendre part à la fête de l’Indépendance de l’Islande. Les équipages en ont profité pour pêcher la morue à la manière des Bretons et des Flamands de jadis. Belle occasion, pour un historien, de mieux appréhender la vie quotidienne des pêcheurs d’Islande.
  • Insula 4,99 : un bateau pour aller aux îles

Paru le 5 février 2001

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des avis.