Catégories

> Newsletter

> 1ère visite ?

Numéros 101 à150

Chasse-Marée N° 122
loupe

Chasse-Marée N° 122

Les civelliers de Vilaine
Fouchard, un chantier bois en basse Loire
Le trafic du guano : dans l’enfer des Chinchas
Narbonne entre terre et mer : au pays des étangs et des barques
Deux artistes marins pêcheurs à...

En savoir plus


020122

Prix
5,00 €

Stock Infos
Available


ombre

Envoyer à un ami

  • Les civelliers de Vilaine
    D’abord pratiquée par les agriculteurs riverains du fleuve, la pêche de la civelle, cet alevin d’anguille qui remonte chaque hiver jusqu’à Redon, est bientôt adoptée par les inscrits maritimes de l’estuaire. Cette lucrative activité est toutefois perturbée par la construction, en 1970, du barrage d’Arzal, au pied duquel se concentre désormais la flottille des civelliers.
  • Fouchard, un chantier bois en basse Loire
    Etabli à Couëron depuis 1962, ce chantier naval situé sur l’estuaire de la Loire construit essentiellement pour les pêcheurs professionnels. En plus de trente ans, Louis Fouchard et son fils Loïc ont ainsi lancé plus d’une centaine de robustes bateaux de travail en bois, mais aussi la Reine de Cordemais, réplique d’un fameux canot basse-indrais de 1919.
  • Le trafic du guano : dans l’enfer des Chinchas
    C’est au milieu du siècle dernier que l’Europe découvre les vertus fertilisantes du guano péruvien. Une aubaine pour les voiliers cap-horniers, pour qui cet engrais représente un opportun fret de retour. Epuisé en quelques décennies, le gisement des îles Chincha s’est peu à peu reconstitué et fait à nouveau aujourd’hui l’objet d’une exploitation sporadique.
  • Narbonne entre terre et mer : au pays des étangs et des barques
    Au creux du golfe du Lion défiguré par l’urbanisme touristique, cet univers de terre et d’eau mêlées, abrité de la mer par un cordon littoral, apparaît comme une oasis. Dans ce royaume où la nature a conservé ses droits, des hommes s’attachent à préserver un patrimoine. Grâce à eux, les voiles latines sillonnent à nouveau les étangs de Bages-Sigean et de l’Ayrolle.
  • Deux artistes marins pêcheurs à Douarnenez
    Les peintures de René Urvois et les maquettes d’André Berlivet appartiennent à cet art populaire qui s’apprend sur les bancs de quart plutôt que sur ceux de l’école. Outre leurs indéniables qualités esthétiques, ces portraits de bateaux fourmillant de détails constituent de précieux témoignages sur la flottille douarneniste et les techniques de pêche de naguère.

Paru le 27 janvier 1999

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des avis.