Catégories

> Newsletter

> 1ère visite ?

Numéros 101 à150

Chasse-Marée N° 121
loupe

Chasse-Marée N° 121

Germoniers de l’ïle d’Yeu : les filets maillants dans la tourmente
Armand Hayet, sauveteur des traditions orales des matelots français
Philippe Harlé, architecte naval
Red ar Mor, un petit caseyeur pour une grande...

En savoir plus


020121

Prix
5,00 €

Stock Infos
Available


ombre

Envoyer à un ami

  • Germoniers de l’ïle d’Yeu : les filets maillants dans la tourmente
    Pourquoi l’Europe bleue a-t-elle voté l’interdiction des filets maillants dérivants ? Pour protéger les dauphins comme elle le prétend, ou pour préserver le gagne-pain des ligneurs espagnols ? Serge Lucas a mené l’enquête à bord des germoniers ogiens, directement visés par cette mesure, et auprès des scientifiques, que les politiques ont feint d’ignorer.
  • Armand Hayet, sauveteur des traditions orales des matelots français
    Sans lui nous n’aurions peut-être jamais pu entonner Jean-François de Nantes ou Nous irons à Valparaiso. Outre les chansons de bord, il a aussi sauvé de l’oubli bien des dictons et coutumes de matelots. Voici enfin reconstituée la carrière maritime et littéraire de ce grand témoin de la vie à bord des derniers voiliers long-courriers français.
  • Philippe Harlé, architecte naval
    Parce qu’il était d’abord un marin, ce transfuge des Glénans sera l’un des architectes les plus féconds de sa génération.Au temps du contre-plaqué, ses Muscadet, Armagnac et autres crus du même tonneau contribueront à populariser la croisière, et quand viendra l’ère du polyester, il battra tous les records avec le Sangria dont trois mille unités seront construites.
  • Red ar Mor, un petit caseyeur pour une grande famille
    Construit en 1943 pour un pêcheur de Camaret, ce petit sloup à corne aura la chance d’être racheté dix ans plus tard par un médecin douarneniste. Aujourd’hui, ce sont ses arrière-petits-enfants qui y découvrent les joies de la navigation.
  • Achille Robichon, pêcheur traditionnel de homard à Belle-Ile
    C’est un peu le dernier des Mohicans. Avec son canot de 4,20 mètres, Achille Ribouchon continue, comme il l’a fait toute sa vie, d’aller relever un à un ses casiers à homard dans les trous mal famés de la côte sauvage. C’est un métier !

    Paru le 14 décembre 1998

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des avis.